Accueil // National // La presse française est-elle véritablement libre ?

La presse française est-elle véritablement libre ?

presse Pierre Bergé, président du Conseil de surveillance du Monde, a sévèrement critiqué le supplément littéraire du journal dans une interview à la revue politique « Charles », s’attirant jeudi une réponse circonstanciée de la Société des rédacteurs du quotidien.
« Je désapprouve le plus souvent le supplément littéraire du Monde. Parce que on y parle pas de livres », a déclaré M. Bergé, accusant certains chroniqueurs de ne pas aimer la littérature ou les livres.

« C’est rarissime que dans le supplément on parle de livres, de vrais livres », a ajouté l’homme d’affaires, qui dit préférer le cahier livres du Figaro.
Le conseil de gérance de la Société des rédacteurs du Monde (SRM), dans un communiqué interne, a regretté que M. Bergé « tente d’intervenir dans la ligne rédactionnelle du journal par des propos blessants à l’encontre du +Monde des Livres+ et de l’ensemble de ses collaborateurs ».
La SRM « tient à rappeler au président du conseil de surveillance Pierre Bergé qu’il a signé le 2 novembre 2010, avec les deux autres actionnaires Matthieu Pigasse et Xavier Niel, la charte d’éthique et de déontologie du groupe Le Monde ».
La Charte, qui définit les rapports entre propriétaire du journal et journalistes, stipule que « Les actionnaires du groupe Le Monde garantissent l’indépendance économique de ses titres (…) mais se gardent d’intervenir dans leurs choix éditoriaux et leur traitement de l’information ».
« Nous invitons M. Bergé à relire la charte qu’il a lui-même signée il y a trois ans. Nous en tenons un exemplaire à sa disposition », conclut la SRM.

La SRM est une des composantes du « Pôle d’indépendance », actionnaire minoritaire du groupe, tandis que le trio formé par Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse contrôle la majorité du capital.
Etre actionnaire d’un journal donne t il des droits sur la ligne éditorial d’un journal?
Edwy Plenel précisait dans l’émission de Mars 2012 présentée par Frédéric Taddei de « Ce soir ou jamais » que la ligne d’un journal est décidé par le rédacteur en chef, lequel à ses convictions.
En revanche, l’information brute, celle sur laquelle tout journaliste s’appuie pour motiver ses chroniques est celle de l’AFP. L’AFP qui elle aussi a une ligne politique.
Bien évidemment, un journaliste est responsable de sa plume et des thèmes abordés, si ces derniers ne sont pas censurés par la rédaction.Bien souvent, devenir actionnaire d’un groupe de Presse, laisse penser à certains lecteurs, que le payeur devient le rédacteur. C’est une erreur.
Investir dans la presse permet d’assurer une visibilité publicitaire continue mais aussi de protéger ses propres intérêts. L’influence du payeur joue sur la balance en cas de mauvaise presse de ce dernier.
Par exemple, l’information sur le passé nazi de Bertelsmann, premier groupe de médias européen, n’a été divulgué que dans la Presse concurrente, jamais dans les groupes médias qu’il finance.Qui possède quoi -> (2008)
http://tempsreel.nouvelobs.com/medias-pouvoirs/20070124.OBS8585/qui-possede-quoi.html#bertelsmann
Jusqu’où peuvent aller les exigences du financier?
Les exigences du financier ne peuvent se faire qu’au goutte à goutte sachant que la majorité des journalistes sont vigilants et feraient rapidement bloc dans le cadre d’une censure de « capitalistes » comme l’expliquait Robert Ménard en 2007:

R Ménard sur la liberté de la presse par marianne2007
Ménard sur le corporatisme des médias :

Qui est alors le grand patron?

Le grand patron, c’est l’Etat pour les affaires internes au pays et le quai d’Orsay pour les informations en provenance de l’étranger. L’AFP est depuis toujours le bras médiatique de l’action politique.
Dès 2009 l’Etat a officiellement mis la main sur l’AFP. Avant cela l’Etat mettait aux commandes de l’AFP des hommes conciliants, comme par exemple Jean Marin élu à la direction de l’Agence de 1957 à 1975.
Des hommes comme Claude Roussel, Roger Bouzinac ou henri Pigeat ont toujours eu à portée de main, une ligne directe avec Matignon. C’est bien évidemment encore le cas aujourd’hui.
Jean Marin, président de l'AFP de 1957 à 1975.

Jean Marin, président de l’AFP de 1957 à 1975.

La ligne éditoriale de la principale source d’information en France, est déterminée majoritairement par les PDG de l’AFP lesquels sont liés à l’Etat.

L’opinion publique le nerf de la guerre« L’opinion publique » ce concept généralisant censé résumer l’état émotionnel du public sur telle ou telle question, est dans les faits particulièrement étudiée, orientée car redoutée.
Ainsi la Presse oriente ses unes vers des thèmes et en élude d’autres. Le cas de la couverture de l’action française en Cote d’Ivoire « opération Licorne » est quasi celle d’une dictature. Aucune image, aucun témoignage, de grands titres manichéens sans explication – le gouvernement français souhaitait protéger ses intérêts économiques. En revanche, à la même période, la BBC n’hésitait pas à matraquer ses unes de l’action militaire française en Cote d’Ivoire. Il était alors possible de lever le voile et de découvrir les agissements post-coloniaux de la France en Afrique.
Par Alexandre Vouillet pour Laic.info

Tags: , , , , , ,

1 Reponse to " La presse française est-elle véritablement libre ? "

  1. http://www.youtube.com/watch?v=5nokKhQvOdg

    Je vais revenir, demain matin, pour approfondir le site, ok ?

Donner votre avis

Copyright © 2011 laic.info. Tous droits réservés.
Conception Laicactif.